Association coopérative d'économie familiale - Appalaches-Beauce-Etchemins

Association coopérative d'économie
familiale - Appalaches-Beauce-Etchemins

Sans frais : 1 888 338-4755

  • Problèmes avec Hydro-Québec ? Nous pouvons vous aider

    Problèmes avec
    Hydro-Québec ?
    Nous pouvons
    vous aider

    Consultez

  • Hausse abusive de loyer, logement insalubre, vous avez des recours

    Hausse abusive de loyer, logement insalubre, vous
    avez des recours

    Consultez

  • Budget, endettement, finance personnelle, des spécialistes répondent à vos questions

    Protection des consommateurs
    Vous avez des
    droits

    Consultez

  • Budget, endettement, finance personnelle, des spécialistes répondent à vos questions

    Budget, endettement, finance personnelle
    Des spécialistes répondent à vos questions

    Consultez

  • 10 milliards $ de solutions
  • Portail de vos finances personnelles

Historique

L'histoire de l'ACEF-ABE est riche en rebondissement. Des hauts et des bas qui ont forgé un caractère unique à notre association, une des plus vieilles ACEF du Québec!

Tout débute en 1965, alors qu'un regroupement formé de 11 organismes coopératifs et syndicaux de la région de Thetford Mines met sur pied le Conseil coopératif régional qui allait devenir, deux années plus tard l'Association coopérative d'économie familiale. Le nom est adopté lors d'un congrès national des conseils régionaux de la coopération. On parle désormais de l'Association coopérative d'économie familiale de Thetford Mines.

Dès lors, on se lance dans une entreprise d'envergure : la promotion puis la mise sur pied d'un comptoir coopératif. Puis, peu de temps après la fondation officielle de l'organisme, le 25 février 1967, s'amorcent les premiers cours sur le budget. On choisit la clef comme symbole distinctif, alors que le slogan sera « LIBÉRATION PAR L'ÉDUCATION ». Autre événement de cette première année, le Congrès provincial des ACEF se déroule à Thetford Mines.

Les années passent et l'ACEF devient de plus en plus un pilier de la vie communautaire dans la région. Outre les cours sur le budget et les nombreux services rattachés à la consommation, l'organisme travaille à l'implantation d'une bibliothèque municipale, la promotion d'un centre de loisirs coopératif, la création du comptoir familial, la mise sur pied d'une coop étudiante et de la coopérative funéraire... Les interventions dans de nombreux dossiers, notamment la câblodistribution, se multiplient. On procède au lancement d'un guide à l'usage des consommateurs, on est actif dans la création d'une télévision communautaire et dans les conflits sociaux, celui du secteur minier entre autres.

Au milieu des années 70, un autre gros dossier fait surface. Il concerne directement une entreprise thetfordoise, P.E. Bonneville, et ses contrats de vente de maisons mobiles...

Puis, un bond dans l'histoire nous amène en 1981, alors que survient le fameux scandale entourant la question des maisons isolées à la MIUF. Une histoire qui mobilise tout le monde.

Au milieu de la décennie des années 80, les dossiers concernent plus particulièrement la téléphonie, les « compagnies de finance » et les offres alléchantes d'emplois « rémunérateurs » publiées dans les quotidiens. Les problèmes qu'occasionneront les compressions à l'aide sociale, la question du libre-échange et le phénomène de concentration qui tend à se développer chez les câblodistributeurs viendront clore le chapitre des années 1980.

En 1990, mobilisation massive dans la région, quelques 3500 personnes signent une pétition dénonçant les augmentations de tarifs proposées par le diffuseur Cogeco. Le CRTC donne raison à l'ACEF et aux consommateurs.

En 1992, l'ACEF célèbre ses 25 années d'existence. L'ACEF s'intéresse à l'augmentation des tarifs chez Hydro-Québec. Des hausses qualifiées « d' exagérées » par l'ensemble des associations de consommateurs. Une étude démontrait que ces hausses de tarifs ont atteint les 75,9 % entre 1980 et 1992. Les familles à faibles revenus se retrouvent confrontées à des difficultés majeures concernant l'acquittement de leurs factures d'électricité. Ce qui produit de nouvelles situations d'endettement.

Toujours en 1992, L'ACEF produit un document concernant l'étagement des canaux et le financement de la télédiffusion et de la télédistribution. Un rapport volumineux qui laisse voir, en substance, «le fossé grandissant entre les principaux intervenants de l'industrie, de la réglementation et les consommateurs.»

En 1993, l'organisme s'implante en Beauce et aux Etchemins. C'est aussi le début d'une longue enquête concernant les jeunes et le crédit, dont le rapport sera publié en janvier 1994. L'objectif consiste à recueillir tous les renseignements ayant trait au phénomène de l'endettement chez les jeunes de 16 à 20 ans et de vérifier leur connaissance quant à l'achat à crédit. À la fin de cette enquête, on s'est rendu compte que l'endettement progressait avec l'âge et les revenus, chez ce groupe particulier. Ce qui a amené les auteurs à s'interroger sur ce qu'il adviendra de ces jeunes lorsqu'ils auront 25 ou 30 ans. « Feront-ils faillite? », lisait-on. Une question à laquelle le rapport tendait à répondre par l'affirmative dans bon nombre de cas.

En 1994-1995, l'ACEF fait campagne afin de mettre en garde la population relativement à une nouvelle façon de procéder dans la câblodistribution. Celle-ci se résume en l'ajout de certains canaux sans que le consommateur en fasse la demande. Une technique de marketing qui consiste à obliger le consommateur à recevoir, pour une période déterminée, des chaînes auxquelles il n'a souscrit aucun abonnement. La période dite d'essai gratuit terminée, le consommateur devra lui-même signifier qu'il ne désire pas recevoir ces canaux.

Le 25 janvier 1996, l'ACEF de Thetford Mines devient officiellement L'ACEF Amiante-Beauce-Etchemins. Les membres composant le conseil d'administration proviennent désormais de l'ensemble du territoire qu'elle dessert et qui représente cinq MRC : Amiante; Beauce-Sartigan; Les Etchemins; Nouvelle-Beauce et Robert-Cliche. Au total, une population de plus de 135 000 habitants. Cette année correspond également avec la création d'un nouveau dépliant et d'un nouveau logo plus représentatifs du territoire. L'ACEF qui faisait partie de la Fédération des ACEF (FACEF) s'en désaffilie, mais continue d'entretenir des liens avec les associations qui en sont demeurés membres.

En novembre 1997, l'ACEF célèbre son 30e anniversaire à Saint-Joseph de Beauce en réunissant tous les membres et partenaires anciens et actuels. Passages... est repris pour la circonstance avec la parution d'un numéro spécial envoyé à toute personne qui a déjà été membre de l'ACEF.

En 1997-1998, un dossier préoccupe également l'ACEF : celui des antennes paraboliques qui passent de l'analogique au numérique. L'ACEF reçoit, à cet effet, la collaboration de l'Office de la protection du consommateur et tient une assemblée publique sur le sujet. En tant que membre de la coalition des associations de consommateurs, l'ACEF est active au sein du comité de coordination du réseau de protection du consommateur.

En novembre 1999, l'ACEF s'adjoint la Corporation de développement communautaire de L'Amiante pour présenter une conférence grand public sous le thème de la simplicité volontaire avec le docteur Serge Mongeau. 1

En 2000, l'ACEF participe au concours Endettement : Prudence 2000. Le concours vise les finissants des 10 écoles secondaires du territoire Amiante-Beauce-Etchemins. Toujours en 2000, l'ACEF travaille à l'informatisation de tous ses outils budgétaires. Durant cette même période (2000-2001), l'ACEF effectue, à ce jour, son plus grand nombre de consultations budgétaires réparties comme suit : 407 consultations, 110 suivis pour un total de 517 consultations. Depuis cette date, les services de consultation budgétaire ne cessent de croître pour dépasser les 600 consultation et près de 200 suivis.

En 2002, l'ACEF inaugure un nouveau volet en lien avec la défense de droits des personnes assistées sociales; grâce principalement à une contribution de Centraide de l'ordre de 25 000 $ qui seront consacrés à ce nouveau service.

En 2003, l'ACEF débute ses cafés-rencontres relatifs aux questions touchant l'aide sociale. La même année une campagne nationale de prévention à l'endettement est mise en chantier. Cette campagne aura pour thème "Dans la marge jusqu'au cou" à l'instigation de l'ACEF Amiante-Beauce-Etchemins.

L'ACEF collabore depuis quelques années déjà avec le groupe ALTO (Alternative en toxicomanie), principalement par des rencontres hebdomadaires avec les joueurs compulsifs fréquentant la Maison l'Odyssée (anciennement Maison Claude-Bilodeau). En 2004, l'expertise acquise au cours de ces années, par l'ACEF, incite les artisans de l'émission Zone libre à faire appel à l'organisme pour une émission entièrement consacrée au phénomène du jeu compulsif.

En 2005, l'ACEF, en collaboration avec l'ACEF Rive-Sud de Québec et le Centre de réhabilitation en alcoolisme et toxicomanie (CRAT-CA) -anciennement ALTO- dépose deux projets à l'Agence de développement des réseaux locaux de santé et services sociaux Chaudière-Appalaches qui vise, pour le premier, la promotion et la prévention en matière de jeu pathologique et la promotion des ressources pour le second. Ce projet couvrira tout le territoire de Chaudière-Appalaches avec des chroniques dans les médias, des entrevues radios et télévisions, en plus d'une distribution systématique d'affiches et de dépliants. La même année l'ACEF quitte les rangs de la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ)

En 2006, l'ACEF met sur pied un service « Petits prêts » pour les personnes à revenu modeste. Appelé Fonds d'entraide de l'Amiante, ce nouveau service établi en collaboration avec les Caisses Desjardins de la région, vise les personnes qui ne peuvent avoir accès à des prêts dans des institutions financières régulières et qui se voient forcées de se tourner vers des formes de crédit abusives. Le Fonds d'entraide Amiante sert aussi d'outil d'éducation et de support à la gestion budgétaire. Toujours en 2006, les ACEF du Québec reçoivent le Prix de l'Office de la protection du consommateur des mains du ministre responsable de l'Office, Yvon Marcoux. Le mouvement célébrait ses 40 ans la même année. 2006 : Passages renaît. À l'hiver 2006, l'ACEF se joint à l'Union des consommateurs.

En 2007, l'ACEF célèbre ses 40 ans déjà!

En 2014, l'ACEF Amiante-Beauce-Etchemin change officiellement de nom pour mieux refléter son ancrage territoriale et s'appellera dorénavant l'ACEF Appalaches-Beauce-Etchemin. L'accronyme ACEF-ABE demeure le même

Ce survol ne peut évidemment être exhaustif. Nous n'avons pas ou peu parlé des activités de formation et d'information, des rencontres de groupe notamment : Maison Odyssée, Le Murmure, Groupe Réseaux, Maison André-Bessette, établissements d'éducation des adultes, groupes d'aînés, écoles primaires, secondaires, cégeps, universités, des formations en lien avec l'aide sociale ou l'efficacité énergétique, des rencontres individuelles, de la présence dans les médias à titre de groupe-ressource, des comités ou regroupement sur lesquels siègent les permanents, de l'accompagnement, des services de médiation, des services d'aide aux consommateurs, des ententes négociées avec Hydro-Québec pour des particuliers, des campagnes diverses de prévention, des interventions publiques dans plusieurs dossiers touchant les sphères d'activités de l'ACEF, de la lutte à la pauvreté, etc. Ce survol n'avait pour but que de donner un aperçu de ce qui s'est réalisé depuis la fondation de l'ACEF-ABE.

/Membre de

  • Union des consommateurs
  • RCLALQ - Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec
  • Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches
  • CDC-A
  • CDC BE
  • Fondation Union des consommateurs